Le fitness low-cost n'est pas dangereux

Publié le par Lucile Woodward

1264772791_80.177.117.97.jpgOn en parle depuis plusieurs mois, les salles de gym pas chères fleurissent un peu partout en France. 20€ par mois l'abonnement chez Fitness Park par exemple. 289€ l'année chez Fitness Price. A l'origine, le concept américain a démarré dans les années 90. Depuis 2000, le monde entier s'y met, et depuis 2 ans, la France aussi. Faut-il y voir un danger ? Je ne crois pas.

 

De toutes façons, aujourd'hui il n'y a pas un marché qui n'ait pas son low-cost. La compagnie aérienne Ryanair fleuron du low-cost de l'aviation, LIDL le hard discount alimentaire, B&B les hôtels tout automatisés ... On a juste un service un peu différent, plus 'self service' en fait. Et pourquoi pas pour le fitness ? 

 

Alors bien sûr, il faut que l'hygiène des lieux et la sécurité des clients soient respectés. Mais sinon, quelle différence entre une salle de fitness low cost et la salle de gym dans un hôtel ? Pas de prof, juste quelques machines alignées pour dépenser de l'énergie. Quelle différence entre un cours de step sur écran géant dans une salle low-cost, et un DVD de Jane Fonda que l'on suit chez soi ?

 

Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un danger pour l'industrie du fitness, et pas non plus un danger pour les utilisateurs. On risque sûrement plus de se blesser en sortant courir au bois tout seul, qu'en pratiquant sur des machines dans un club low cost.
Les finances des particuliers se resserent, et plus personne aujourd'hui n'a honte de dire qu'il voyage en compagnie low cost. Et c'est la même chose pour le fitness. On transpire low cost. Et alors ? Les salles grand luxe continueront d'exister avec leurs services en plus, tout comme les hôtels 5 étoiles et les vêtements de luxes continuent de se vendre. Les salles de sport traditionnelles devront encore plus se démener pour offrir des services exceptionnelles par la présence de leur coach sur place. Le fitness low cost c'est d'ailleurs la grosse remise en question des coachs sportifs qui n'arrivent pas à se rendre utiles sur les plateaux de remise en forme des clubs. Pour justifier leurs prix plus chers d'abonnement, les clubs traditionnels vont devoir innover, et s'inquiéter plus sincèrement du bien-être de leurs adhérents. Et ce sera tant mieux.

 

Au final je pense vraiment que les salles low-cost sont plutôt bonnes pour tout le monde. Elles démocratisent le fitness, l'exercice physique et la prise en main de sa santé. Et désormais, le fitness est un marché mature où en matière de prix, il y en a pour tous les goûts et tant mieux.

 

Et vous, vous avez testé ? Vous seriez interessé par ces salles pas chères et sans prof ?

Publié dans Infos Fitness

Commenter cet article

Fred 11/05/2012 11:58

C'est vrai qu'une salle sans prof pour l'instant j'ai encore un peu de mal mais quand je vois que dans une des salles que j'ai fréquenté certains profs allaient à reculons faire leurs cours,
préférant fumer leur clope à l'entrée, boire leur café pour arriver en retard et laisser croire que le cours était annuler pour que plus personne n'attende et se pointer pour constater "oh ben y a
personne, donc j'annule", j'ai fini par en avoir marre de financer leurs pauses et je suis allée voir ailleurs.
Les low-cost annoncent la couleur, on sait à quoi s'attendre et ce qu'on paye donc pourquoi pas, à voir car tout le monde n'a pas les moyens de se payer un abonnement comme celui du club qui va
ouvrir à Bastille et qui est justifié par un suivi et une présence haute qualité, attirant mais juste un rêve pour mon porte-monnaie !!!
J'espère que ça va avoir un impact sur le comportement de certains clubs "classiques" qui prennent les abonnements mais n'assurent plus après...